9.1.08

le repère


En arrivant chez moi ce matin, une enveloppe noire à mon nom m'attend patiemment sur le bord de la fenêtre. Je jette un coup d'oeil au coin supérieur droit et j'y vois tout de suite l'inscription New Zealand avec en fond de timbre une image du Tongariro National Park. J'ai immédiatement su que cette lettre venait de mon ami Hayden qui habite Auckland. Ce qui est bizarre c'est que je ne me souviens pas lui avoir donné ma nouvelle adresse...

À l'intérieur de cette mystérieuse enveloppe noire - c'est la première fois que j'en reçois une d'une telle couleur - une très belle carte argent avec motifs noirs qui m'invite à - et je cite - join us for champagne, hors d'oeuvres and dancing. Il s'agit en fait d'une invitation à l'union civile de Hayden et de son copain Maori qui aura lieu à Auckland en février.

J'aimerais beaucoup y aller, mais session d'étude - et budget - oblige je ne pourrai malheureusement pas faire le déplacement. Meilleurs voeux aux deux tourtereaux!

Je n'en reviens presque pas. Bientôt deux ans que j'ai quitté ce pays pour poursuivre mes découvertes ailleurs, et je ressens toujours un pincement au coeur ainsi qu'un moment de nostalgie quand je repense à ma vie là-bas. Comme si le repère ultime du moment où j'ai été le plus heureux, où tout est possible, se situe quelque part là-bas, à 20 000 km de chez moi. Pourtant, je me souviens que la vie n'était pas parfaite là-bas et que plusieurs aspects me déplaisaient.

Je me questionne à savoir si un jour ça va passer, ou bien si mon coeur restera marqué à vie au fer rouge du pays des kiwis. Je suis passé à autre chose, bien content d'être où je suis rendu et avec qui je suis, mais la jalon reste le même. À moi d'en tirer du positif pour continuer à avancer.