6.1.08

Accommodements raisonnables

Il est parfois nécessaire d'imposer certaines restrictions à l'expression des libertés religieuses pour protéger la société et les individus contre le pouvoir abusif de la religion. (...) il faudrait préciser dans les chartes que l'expression de la liberté religieuse rencontre sa limite dans l'obligation de respecter l'égalité des sexes, de ne pas empiéter sur l'espace public commun, et d'accepter les règles de gestion laïques établies par les institutions.

LE sujet de l'heure au Québec, avec la Commission Bouchard-Taylor qui s'est terminée et qui a créé une occasion en or pour la moquerie par RBO au Bye-Bye 2007 avec leurs sketchs sur la Conne Mission Bouchard-Taylor ou encore celui sur Hérouxtyville. C'est bien d'en rire, mais il est aussi intéressant de réfléchir sur la question pour comprendre les origines du malaise dans la société face aux accommodements à faire ou ne pas faire face aux revendications venant surtout des groupes religieux.

J'ai lu d'un trait aujourd'hui l'essai d'un peu moins de cent pages de l'auteur Yolande Geadah qui est d'origine égyptienne mais qui vit au Québec depuis une quarantaine d'années. J'ai trouvé cet essai très intéressant et amenant une réflexion, un point de vue et quelques pistes pour apporter des réponses aux questions que les gens se posent sur le sujet. Étant dans un pays qui est basé sur l'immigration vu le faible taux de natalité (entre 1,4 et 1,7), je pense qu'il est normal que tôt ou tard les questions d'accommodements ressortent.

Ce court ouvrage est venu démystifier plusieurs perceptions que l'on peut se faire en n'écoutant que les médias. Vous pensez qu'il est à combien le pourcentage de plaintes reçues par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) et qui sont fondées sur un motif religieux entre 2000 et 2005 ? En me fiant à ce qu'on entend dans les médias, j'aurais facilement dit plus de 50%. Or en réalité c'est seulement 2%.

Cet essai expose aussi les limites de la Charte canadienne des droits et libertés (1982) et de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec (1975). Par conséquent, on comprend mieux les verdicts juridiques qui découlent des chartes et qui viennent influencer la façon dont sont intégrés les accommodements dans la société par la suite. 

La comparaison faite entre les différentes laïcités des États-Unis, de la France et de la Turquie aide aussi à comprendre la situation du Québec et son inspiration du modèle français dans le domaine.

Les dérives sont faciles lorsqu'il est question d'accommodements, autant du côté des intégristes (ou fondamentalistes) religieux qui pensent pouvoir revendiquer beaucoup au nom de la ''liberté de religion'' évoquée dans les chartes que du côté de la perception du public qui ne se fie bien souvent qu'aux médias pour forger son opinion. J'ai bien hâte de voir ce qui va ressortir du rapport de la Commission en mars 2008. À suivre...

2 commentaires:

MarcelD a dit…

Arghh! Chez nous la république est laïque, la séparation de l'Eglise et de l'Etat est une bonne chose, de mon point de vue. Mais je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi : Le calendrier de la poste (qui fût un temps un service public) regorge de saint patrons? Pourquoi les jours fériés sont liés aux fêtes religieuses(catholiques) et pourquoi on a mis en berne le drapeau tricoleur quand le pape est mort?
Mince je suis (presque) hors sujet, désolé:o)

atomicjonas a dit…

marceld>> la république française est devenue laïque après avoir été très influencée par le clergé, et ce sur une longue période de temps. Tout ça tu le sais déjà, j'en suis certain! Le passé laisse des traces, que tu le veuilles ou non...