14.12.09

Le meilleur, le pire et entre les deux

http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/ill/2009/10/29/h_4_ill_1260033_le-concert-bis.jpg
Mélanie Laurent dans 'Le Concert'. Crédit photo: ici.

En cette journée frisquette de décembre (1 degré!), mon homme et moi avons décidé de passer la journée au cinéma! Avec un abonnement illimité, on serait fou de ne pas en profiter! Bentos en mains, nous avons donc pris d'assaut les salles de cinéma de Lyon.

Nous avons débuté avec 'Le Concert', qui est sans contredit le meilleur film que nous ayons vu aujourd'hui. Andrei Filipov, qui fut il y a 30 ans chef de l'Orchestre russe Bolchoï, se retrouve aujourd'hui à être homme de ménage pour le même orchestre. A l'époque, il perdit son poste de chef puisqu'il refusa de se séparer de ses musiciens juifs. Tombé par hasard sur un fax invitant le Bolchoï au Théâtre du Châtelet à Paris, il décide d'inviter ses amis à se joindre à lui pour se rendre à Paris et se faire passer pour l'orchestre officielle. Vraiment, une belle réussite pour ce film bien joué, à la fois touchant, intense et envoûtant par sa belle musique et les subtilités du scénario.

A l'opposé, j'ai vu le pire film du siècle. Et malheureusement un des plus rentables, puisqu'il n'a rien coûté à produire. Et là je parle de 'Paranormal Activity'. Une jeune fille a des visions la nuit depuis son enfance. Maintenant qu'elle habite avec son copain, ils décident de filmer ce qui se passe pour mieux comprendre. En fait, c'est un film style 'Blair Witch Project', caméra à la main et bien ciblé pour les ados. J'ai détesté du début à la fin. Les dialogues, le scénario, le manque d'action, les effets spéciaux à 2 balles (style: je met le ventilo sous les draps... ouuuuuhh). N'allez pas voir ça, ne le louez pas et ne l'offrez même pas à votre belle-mère!

Film suivant: La Route. J'ai lu et beaucoup apprécié le livre de Cormac McCarthy, dont le film est inspiré. J'ai aussi lu une critique qui se demande s'il fallait vraiment faire ce film. Je suis malheureusement d'accord avec cet avis. Après un énorme cataclysme, un homme et son fils décident de se diriger vers le sud, à la recherche de l'océan, de nourriture et... d'espoir. Ils rencontrent sur leur route des personnages dangereux et cannibales, qui tentent tant bien que mal de survivre. L'esprit du livre est bien représenté au grand écran (la poussière, le désespoir, la lutte pour survivre, la faim qui ronge l'âme) et malgré une belle performance de Viggo Mortensen, on se demande si l'image qu'on s'en faisait lors de la lecture du roman n'est finalement pas plus marquante que celle présentée à l'écran.

Finalement, le dernier film du jour fut Le Drôle de Noël de Scrooge. Tout le monde connaît le fameux personnage de Dickens qui ressort sur les écrans à chaque année à l'approche de Noël, avec son avarice et son aversion pour le temps des fêtes! La version que nous présente Disney est en fait assez surprenante! Moi qui m'attendait à une version classique, j'ai plutôt eu droit à une version déjantée. Tellement que les parents et les deux enfants assis devant moi sont partis après quelques minutes, c'est dire! J'ai été complètement projeté dans les années 1800 de Londres telles que décrites par Dickens. Les enfants à bérets jouant au cerceau ou glissant dans la neige, la pauvreté, les poêles au charbon, etc. Les animations étaient impressionnantes et parfois très - trop? - intenses en luminosité. Les personnages, eux, tous plus fous les uns que les autres. Ce film a très bien fini la journée cinéma!

2 commentaires:

Xander a dit…

Et rdv le 15 décembre pour une nouvelle expérience cinématographique, inoubliable, je l'espère. Et pas dans le sens de l'activité paranormale des ventilateurs...

atomicjonas a dit…

Xander>> Toute une expérience, en effet! Le film Paranormal est déjà oublié pour moi hahaha